ÉPISODE 01 – Ta Kaame ou de la Kaame ?

Kaamelot, la BD. Les trois premières tomes

ÉPISODE 01 – Ta Kaame ou de la Kaame ?

Kaamelot, les Bandes dessinées sont aux coeur de ce deuxième clash.
Les trois premières tomes de cette série initiée par Alexandre astier,
dessiné par Steven Dupré et mis en couleurs par Benoît Bekaert, sont passés
au crible des deux frères.

Télécharger et écouter cet épisode, puis décider si les arguments de Laurent
ou d’Arno vous a convaincu et voter.

Votre vote est primordial car il détermine qui soumettra
le prochain objet culturel au Bro Clash.

Bonne écoute, n’oubliez pas de voter et cultivez vous bien !


  • Je vote Arno (57%, 17 Votes)
  • Je vote Laurent (43%, 13 Votes)

Loading ... Loading ...

8 responses to “ÉPISODE 01 – Ta Kaame ou de la Kaame ?

  1. C’est moi où vous avez tous les deux écorché le nom d’Astiera (ouaip, vers la fin, à la minute 35) ? Vous avez intérêt à vous excuser platement parce qu’elle risque de vous écorcher en retour 😀

    Sinon pour ce qui concerne le fond, je n’ai pas lu la BD (ni même vu aucune de ses planche) et je ne connais que trop peu la série pour pouvoir trancher (quelques épisodes épars)… Mais il est vrai que des histoires de Kaamelott sans la voix des acteurs, ça doit faire un chouilla bizarre. Je suis donc tenté de voter Laurent, mais je préfère m’abstenir.

  2. barberouss

    Rhalala, les frangins sont de retour pour le 1er et réel début de ce podcast.
    Que dire, vous avez vraiment le même timbre de voix, c’est hallucinant, j’ai eu beau bien tendre l’oreille, c’est vraiment pas évident.
    Heureusement que vous redonnez les noms pour voter sur la fin.
    Peut-être se forcer a donner le nom du frangin quand vous vous échangez la parole, tout du moins au début, pour habituer les gens?
    Aucun problème de son, tout à bien été corrigé, bravo.
    Comme d’habitude, c’est propre, bien fait, argumenté, et ça ne tourne pas en rond 107 ans. Bravo.
    J’étoilise, je pluzin, je pouce vert.

  3. Peremptoire

    Salut les bros.

    Bel épisode, la forme et le fond se tiennent bien, l’ensemble est homogène, sans temps mort. Un très bon épisode, je vais commencer à devenir accro !

    Le son est bien mieux, bien plus égal entre les deux micros. Mais je ne peux m’empêcher de penser que vous vous retenez de parler « fort » dans le micro. J’ai juste un peu l’impression que vous baissez le volume de votre voix inconsciemment.

    Pour le fond :

    Bon, je n’ai lu que les deux premiers tomes, alors je ne vais pas pouvoir disserter.

    Le gros point fort est effectivement le fait qu’Alexandre Astier soit au commande. La patte d’Astier est reconnaissable une fois que l’on connait la série.

    Je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal à plonger dans la première BD. J’ai eu du mal à apprécier le format de la BD car j’étais très marqué par le format de la série qui ne laisse aucun temps mort. Le fait que les épisodes de la série soient très découpés (intro > générique > Séquence 1 > Transition > Séquence 2 etc…) ne m’a pas aidé.

    Lorsque j’ai commencé à lire la BD, j’étais un peu perdu, je ne savais pas très bien où l’histoire allait. J’avais un peu de mal à reconnaitre les persos mais comme l’a remarqué Laurent, je me suis surpris à lire les dialogues en ayant les voix des personnages en tête. Et c’est un point fort.

    Ce qui me dérange le plus, c’est la longueur. Non pas que les BD soient ennuyeuses, trop longues ou mal rythmés. C’est que la longueur tranche radicalement avec les saynètes courtes de la série.
    Ce n’était pas vraiment le type de narration que j’appréciais. C’est peut-être brut au début mais indispensable à la BD, car ne faire faire que des gags d’une page aurait été catastrophique.
    (Par la suite, les épisodes sont devenus plus longs mais je dois dire que j’ai encore plus apprécié la série grâce à cela.)

    Pour finir, je pense que je n’aurais pas vraiment apprécié la BD (j’aurais « aimé sans plus ») si je n’avais pas regardé la série avant. D’une, parce que la BD est assez référentielle, et si je ne maitrise pas l’histoire et ses détails, j’ai l’impression de manquer les subtilités de la BD. Et deux, car personnellement, j’avais besoin de me referer aux comportements et a la justesse des personnages de la série. Sans ca, j’aurais trouvé les personnages un peu fades.

    Je ne suis pas d’accord avec Laurent sur le fait que la BD soit arrivée trop tard. Il fallait déjà que la série prenne ses marques et je pense que sortir la BD directement aurait été risqué. Je pense que l’on se serait retrouvé avec un banal produit dérivé sorti hâtivement, sans grande attache à la série, quelque chose d’anecdotique. (J’aurais même pensé à de l’opportunisme.)

    Bon, on pourrait croire que je n’ai pas vraiment aimé les BD mais que nenni ! Même si je suis resté un peu de marbre face aux BDs à leur sortie, votre épisode m’a donné envie de les relire et il s’avère que j’ai passé un très bon moment. Je pense que personnellement, il me fallait attendre le développement de la série avant de mieux apprécier la mise en perspective qu’elle offrait.

    Bon, c’est à peu près tout.

    Peremptoire « je me suis peut-être trompé dans mon vote »

  4. Bel épisode, très fouillé, très documenté, bravo.
    En revanche, je vais avoir du mal à voter, parce que je n’ai pas lu la BD.
    A+ les Bro’

  5. Mentine

    Bon alors avec 2 trains de retard je découvre cet épisode 1 avec plaisir puisque le sujet est la BD Kaamelott, qu’en bonne fan et amatrice de BD je me suis procuré les 4 premiers tomes en édition deluxe N&B avec interview d’AA et SD à la fin, hélas les 2 derniers tomes n’étant pas sortis en deluxe j’ai du me rabattre sur la version colorisée… mais bien colorisée comme le dit Arno.

    Vos arguments sont tous valables, donc je ne sais pas pour qui voter, et tant mieux puisque les votes ont l’air fermé. Ils sont tous valables tout simplement parce qu’il y a eu une évolution positive de cette bd au fil des tomes, sans doute le temps que S. Dupre prenne ses marques dans cet univers, et qu’on sente sa patte de mise en scène ressortir. On le ressent aussi au fil des interviews. Le premier tome était plus que moyen, tant par l’histoire que le rendu des personnages. Le gros risque était de ne pas accrocher le public ne connaissant pas ou peu Kaamelott, et donc de ne pas acheter les suivants. Mais dès le 2ème le dessin évolue, les mimiques des personnages apparaissent sur les visages qui étaient un peu figés dans le 1er.
    Vous n’avez pas parlé du côté plus Heroic Fantasy que voulait donner Astier aux BDs, notamment par le -magnifique- character design des monstres. Cet aspect est à mettre au crédit de la BD et en fait un atout pour les fans d’HF ne connaissant pas forcément la série TV.
    Le compromis aventures à gros effets spéciaux et scènes typiquement Kaamelotiennes est de mieux en mieux géré aussi, mon tome préféré étant le 6ème avec un duel des mages qui est aussi joussif pour les dialogues que pour le côté fantastique.

    Au final, j’aime beaucoup la BD, surtout parce que c’est A. Astier qui est aux commandes et que c’est cohérent avec le reste de son oeuvre.

    Be seeing you,
    Mentine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *