ÉPISODE 17 – Indémodable ou Indécrottable ?

bandeau-article-01

ÉPISODE 17 – Indémodable ou Indécrottable ?

Pour cet épisode 17 du Broclash, on change totalement d’univers avec le film : Conan le Barbare. Sans même avoir vu ce film vous ne pouvez pas ne pas en avoir entendu parlé. Schwarzenegger jeune, une adaptation d’un personnage célèbre, une épée légendaire et une bande originale que l’on ne peut oublier. Mais ce film est il vraiment indémodable ou bien était il un nanard dès le départ ?

Pour nous aider à nous départager, nous avons invité Uriel, aka Monsieur U sur twitter. Uriel est un grand fan devant Crom de Conan le Barbare et sa connaissance du personnage va bien nous aider dans ce clash.

L’enjeu du clash est donc le film Conan le barbare, de John Milius, sorti en 1982 (et oubliez le remake de 2011, merci).

Les Coups de Coeur

Arno :
Pour cet épisode, mon coup de coeur est l’Artbook #8 du forum Café/Salé, un forum de graphiste/illustrateur/dessinateur/coloriste qui est dans un moment compliqué de son histoire au bout de 10 ans d’existence. Je pense que @kness et @mades ont créés, fait vivre et soutenus un forum et sa communauté depuis 10 ans et que les aider à financer, grâce à Ulule, cet artbook est une manière de les remercier [NDLR : Au moment de la sortie de l’épisode, le financement est à 100%, mais ça vous empêche pas de les soutenir 😉 ].

Laurent :
Après avoir parlé Marvel la fois dernière, je parle aujourd’hui de DC, la firme concurrente. Bien que créée en 1935, on parle beaucoup de la maison mère de Superman et de Batman en ce moment. Films (enfin réussis), séries télévisés, éditions françaises digne de ce nom (merci Urban Comics) il est temps de se plonger dans cet univers souvent mature et noir. Pour vous y retrouver un site de passionné français DC Planet.

Uriel :
Mon coup de coeur porte sur un livre de Jean-Philippe Jaworski sortie en 2013 : Même pas mort édité chez Les moutons électriques, 2013 et Prix Imaginales, catégorie roman francophone 2014. Mélangeant habilement histoire et roman, cet auteur connu pour avoir touché à différents univers de l’imaginaire, plonge ici dans la Gaule antique. Premier volet d’une trilogie, on y découvre un fils de roi déshérité et laissé pour mort, des divinités et une civilisation celtique décrite avec finesse, fruit de la recherche de son auteur.

Le Clash

Attention !!! Nous allons parler sans contrôle et donc les risques de spoilers seront très (trop) nombreux pour ceux qui n’auraient pas vu le film mais bon, il date de 1982 quand même !!

Téléchargez et écoutez cet épisode, puis décidez si les arguments de Laurent
ou d’Arno & Uriel vous ont convaincu et VOTEZ. Votre vote est primordial car, cumulez avec celui de l’épisode 16 (disponible ci-dessous), il détermine qui soumettra
le prochain objet culturel au BroClash.

Bonne écoute, n’oubliez pas de voter et cultivez vous bien !


Conan le Barbare est il un film indémodable ou un nanard indécrottable ?

Loading ... Loading ...

16 responses to “ÉPISODE 17 – Indémodable ou Indécrottable ?

  1. Sympathique épisode. C’est vrai que la musique de Conan est terrible !

    • C’est souvent l’élément que tout le monde garde en mémoire !

      • Et c’est vrai que la scène avec le lama est totale wtf ! J’ai regardé le passage hier, je n’en croyais pas mes yeux. Je ne crois pas qu’enfant j’avais fait gaffe. Pour ma part, je garde un très bon souvenir de Conan, comme de beaucoup de films de l’époque, franchement pétés du cerveau, mais réalisés sans doute avec une certaine sincérité et un humour surtout absent aujourd’hui. En plus, je jouais à des jeux de rôle donc ça faisaient bien écho à mon imaginaire !
        Hâte d’écouter votre prochain podcast !

  2. Merci à tous les 3 pour cet épisode (j’attends encore l’anecdote de l’épéé mais celle du Lama vaut de l’or ;)). Je comprends Laurent quand il se demande ce que le film raconte et quand il dit qu’il n’y a pas d’histoire mais personnellement je trouve que ça rapproche le film des nouvelles. Je n’ai lu que 2 recueils de Conan pour l’instant mais on a juste une suite d’épisodes dans lesquels Conan n’est pas particulièrement héroique ou intelligent. Il s’en sort toujours grâce à sa force ou à sa chance mais au-delà de ça, il ne défend pas de valeur morale. Il boit, vole, séduit des femmes, ce n’est pas vraiment le parcours initiatique d’un héros. Je crois même qu’Howard se moquait de ses personnages en les traitant de brutes épaisses. Bref tout ça pour dire que le film pose effectivement pas mal de jalons mais casse aussi des principes de narration et c’est en cela qu’il est intéressant. Le 2ème film est plus classique et raconte une histoire complète et il est raté en partie à cause de ça…
    Bonne continuation en attendant le prochain numéro!

    • Laurent

      Merci du commentaire. C’est vrai que le parti pris par Millius est particulier. D’ou le fait d’avoir des personnes qui adhèrent ou pas. Et à priori comme tu le dis il y a une similitude avec les écrits servant de base.

  3. geckaude

    épisode fort sympatique
    et oui je fais partie de ceux (celle) qui ne connaissent pas (n’ont jamais vu) ce film !
    Forcement je connais Conan incarné par SCharwzy (de son petit nom) mais voilà , étant une fille , minot on ne m’a pas collé devant ce genre de truc !!
    mais grâce à vous, ça m’a donné envie de le découvrir … et je pense que c’est un classique !
    les arguments de Arno et U m’ont plutôt convaincu … au fait , c’est quoi l’anecdote avec l’épée ??? 😉
    c’était très intéressant , j’ai appris des choses malgré le fait de ne pas avoir le film !
    merci
    bonne continuation et hâte d’écouter le prochain objet culturel

  4. A propos de l’anecdote sur l’épée du film, on a effectivement oublié d’en parler pendant le podcast. Permettez-moi de corriger cette erreur.

    Tout d’abord merci beaucoup à Laurent et Arno de m’avoir invité, c’était très sympa. On refait ça quand vous voulez.

    Bien. DONC.

    I l y a quelques années (à la fin du siècle dernier, je crois) je travaillais à Los Angeles, pour un petit studio qui démarrait, à l’époque. DreamWorks.
    Avec un copain, nous étions pas mal attirés par l’univers des reconstitutions historiques, de l’escrime ancienne et de spectacle. Et c’est ce copain qui avait trouvé une petite boutique plutôt sympa, The sword & Stone, tenue par un forgeron dont l’atelier était dans l’arrière boutique.

    Nous sympathisons avec ce monsieur, qui s’appelait (et s’appelle toujours) Tony Swatton. Et il se passe que Tony avait appris son métier avec l’armurier qui avait fabriqué à l’époque les différentes épées utilisées dans Conan le Barbare. Il avait d’ailleurs une de ces épées dans une vitrine de sa boutique, ce que je n’avais pas manqué de remarquer.

    Voyant que j’avais reconnu l’épée, il l’a alors sortie de la vitrine, et me l’a mise entre mes petites mains moites de fan. PUTAIN CE QU’ELLE ETAIT LOURDE. Mais belle. Étonnamment la lame n’était pas très longue (on peut voir Conan s’entrainer avec vers la fin du film, après sa « résurrection »), mais de très bonne facture.
    C’était un des props fabriqués pour les gros plans, sachant que des lames plus légères sont généralement utilisées pour les plans avec de vraies passes d’armes.

    Voilà donc toute l’histoire.

    Vous pouvez retrouver Tony Swatton dans des vidéos sur Youtube titrées « Man At Arms », où il fabrique dans son atelier des armes célèbres ou iconiques issues de films et de jeux vidéo.

  5. Autant je ne crierai pas au chef d’oeuvre, mais pour l’avoir vu récemment, ya de vrai moments étonnants, comme ces plans de crapahutags dans la pampa 🙂
    Et puis cette bande son inoubliable, même le thème répétitif au moment de la scène de la grand messe, disons, fonctionne bien.
    Désolé laurent, même si jai ptet raté mon vote (je le fais depuis mon téléphone) cette fois c’est voldemort qui pert !

  6. Pour une fois que je votais Voldemort…SI J’AVAIS SU

  7. Hello les Bros (+ Uriel) !

    Même si j’ai laissé mon vote ici il y a déjà un moment en ce qui concerne cet épisode, je me permets de venir l’argumenter en dernière minute (mais essentiellement pour répéter des choses qui ont déjà été dites je crois).

    Car pour moi ce premier film consacré à Conan est évidemment un chef-d’œuvre ! Sa violence sans concession (alors qu’il aurait été tentant de traiter un univers heroïc-fantasy de manière enfantine si Millius n’avait pas été aux commandes), sa construction totalement épique et un poil dramatique d’un personnage ultra-charismatique (malgré l’accent autrichien, cela reste de très loin l’une des meilleures incarnations de Schwarzy), son côté intemporel (seules les franges des 3 méchants me dérangent à chaque fois) ou encore bien évidemment sa musique extraordinaire (que tout le monde relève bien évidemment) en font forcément un classique, voire plus, un chef-d’œuvre !

    J’ajouterais à ça l’un des aspects que je préfère dans ce film : la très grande rareté des dialogues du personnage de Conan. La première fois qu’il s’exprime c’est une bonne vingtaine de minutes après le début du film, lorsqu’il s’adresse au chef Mongol, et après qu’il lui soit déjà arrivé des tas de trucs. Idem en ce qui concerne sa relation avec Valeria car les seuls mots qu’il lui adresse sont prononcés lorsqu’ils se rencontrent pour la première fois. Cela n’atteint pas la dizaine de mots, et pourtant leur histoire fonctionne totalement pour tout le reste du film. J’adore ça et je trouve que c’est quelque-chose de très peu aisé à accomplir.

    Laurent, sur ce coup-là, j’ai l’impression que ta critique se base davantage sur la personnage de John Millius que sur le film lui-même, et je trouve ça dommage. Oui, John Millius a des idéaux extrêmes et pas toujours recommandables (le personnage de Walter Sobchak dans The Big Lebowski est fortement inspiré des déclarations et du caractère de Millius), et je suis loin de considérer son film L’Aube Rouge comme un classique (malgré son casting de futures superstars), mais je vois beaucoup moins ses idéaux dans Conan que dans L’Aube Rouge justement. Le côté individualiste de Conan est peut-être l’un des éléments qui ont intéressé Millius à la base, mais sur ce coup-là je trouve que l’individualisme du personnage tel qu’on le voit dans le film est davantage le reflet des livres dont il s’inspire que de la pensée politique de Millius. Donc j’ai un peu de mal à suivre cette argumentation…
    Idem pour le fait que le grand méchant du film soit noir. L’idée de Millius était de faire de Thulsa Doom le dernier représentant d’une ancienne race mystique (capable de se transformer en serpent), et il avait le plus grand respect pour l’acteur James Earl Jones et sa voix incroyable. Donc l’idée d’en faire un scénario raciste ma paraît être un raccourci complètement erroné.

    Il y a encore une anecdote que j’adore au sujet de ce film (attention spoiler sur la fin du film !!!) : tout à la fin, après avoir tué Thulsa Doom, Conan balance d’assez loin un truc enflammé sur le temple/autel de Thulsa Doom. Il était prévu qu’il touche la partie centrale et haute de la structure, or Schwarzy a légèrement raté son jet et a touché la gauche de la partie basse. Mais vu que le décor a commencé à prendre feu, ils n’ont pas pu refaire la scène et c’est donc le jet raté qui est dans le film (ce qui n’est pas très gênant quand on ne le sait pas).

    Bref, pour terminer, le second film consacré à Conan trahit déjà pas mal de choses que j’adore dans le premier (violence, ton, quasi-absence de dialogues de Conan), donc on ne joue plus du tout dans la même cour. Malheureusement il était beaucoup plus diffusable à la TV et j’ai donc l’impression que ce film complètement bidon a davantage marqué la mémoire collective qui a donc complètement zappé le génie du premier film. Et pour moi, Kalidor est le 3ème film Conan (qui n’en porte pas le nom pour des raisons de droits), et je le trouve encore largement pire que le second…

    Merci en tout cas d’avoir abordé ce sujet passionnant !

    • Merci pour ce long et super intéressant commentaire. Je suis assez d’accord avec ton analyse sur l’impact du deuxième film à cause de sa capacité à etre diffusé en première partie soirée. Je me souviens qu’à une époque la 5 puis M6 avait diffusé les 2 films dans l’ordre Le Destructeur puis le Barbare. C’est vrai qu’on ne l’a pas ou peu évoquer dans le podcast, mais l’aridité des dialogues est vraiment un de ses points forts.

  8. Delam

    Bonjour !

    Cet épisode était génial, vous êtes fantastique j’ai réussis grâce a vous a vivre et a suivre votre argumentation sans pourtant avoir vu le film.

    Continuez comme sa, et s’il vous plais pensez a l’éventualité de Faire un épisode sur la série Kaamelott dans son intégralité (pas seulement les BDs) ou encore Big Bang Theory, Eragon (Livre-film), Kick ass…

    Merci

    • J’espère que cela te donnera quand même envie de voir le film !!
      Merci pour les suggestions, mais par exemple, Kaamelot, on est beaucoup trop d’accord pour en faire un clash.
      Par contre The Big Band Theory pourrait y avoir de la matière… Et on a envie de série en plus en ce moment !

    • Laurent

      En voilà un commentaire sympathique. On note les idées comme l’a dit Arno. Eragon je ne connais pas du tout. Kick-Ass c’est très tentant et Big Bang Theory aussi.
      Kaammelott le consensus est trop fort. Ou alors selon les livres… Merci en tous les cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *